EuroMed Transport - Aviation I

The EuroMed Aviation Project, which started on January 15 2007, aims to promote the emergence of a Euro-Mediterranean Common Aviation Area (EMCAA) and to facilitate any future negotiations of comprehensive Euro-Mediterranean Aviation Agreements with the Mediterranean Partners.

With the annual number of global air passengers predicted to rise from around 4,5 billion in 2010 to 9 billion in 2025, air traffic will double in the next 15 years worldwide. According to various sources, the Middle East is expected to continue being the fastest growing region, requiring not only new airport infrastructure but also investments in en-route and terminal air traffic control systems. These needs also apply to North Africa.

In December 2005, participants to the Euro-Mediterranean Ministerial Conference on Transport agreed, among other things, on the need to work towards the longer-term objective of a Euro-Mediterranean Common Aviation Area. The EuroMed Aviation Project was developed in response to the ministers' wish to see reinforced cooperation with and among the Mediterranean Partners in the field of air transport.

The project EuroMed Aviation focuses on five main components:
- Support an open, healthy & competitive aviation market,
- Promote improved aviation safety,
- Promote improved aviation security,
- Promote improved environmental friendliness of air transport,
- Support regional air traffic management cooperation and harmonization.

Besides, the Project has elaborated a Road Map for the implementation of the Common Aviation Area, as well anImpact Assessment.

An Extension in 2010 (till January 2011) has been added to carry on with these tasks. A new Project, EuroMed Aviation II, to be launched in 2011, will then pursue these efforts towards the implementation of the Euro-Mediterranean Common Aviation Area (EMCAA).

Enter
EuroMed Transport - Aviation I

Le Projet EuroMed Aviation, qui a démarré le 15 janvier 2007, vise à promouvoir l’émergence d’un Espace Aérien Euro-Méditerranéen Commun et à faciliter les négociations futures d’accords aériens globaux avec les Partenaires Méditerranéens.

Avec une prévision d’augmentation du nombre total de passagers de 4,5 milliards en 2010 à 9 milliards en 2025, le trafic aérien mondial va doubler dans les quinze prochaines années. Selon diverses sources, le Moyen-Orient est la région qui va continuer à avoir la croissance la plus forte, ce qui requiert non seulement de nouvelles infrastructures aéroportuaires, mais aussi des investissements importants pour le contrôle du trafic aérien en–route et en zone terminale. Ces besoins valent également pour l’Afrique du Nord.

En décembre 2005, les participants à la Conférence Ministérielle Euro-Méditerranéenne des Transports reconnurent le besoin de travailler vers l’objectif à long terme d’établir un Espace Aérien Euro-Méditerranéen Commun. Le Projet EuroMed Aviation fut développé en réponse à ce souhait des ministres de renforcer la coopération avec et entre les Partenaires Méditerranéens dans le domaine du transport aérien.

Le Projet EuroMed Aviation, qui a été étendu jusqu’en janvier 2011, comporte cinq tâches principales:
- Soutenir un marché régional du transport aérien ouvert, sain et concurrentiel,
- Promouvoir l’amélioration de la sécurité aérienne,
- Promouvoir l’amélioration de la sûreté aérienne,
- Promouvoir l’amélioration de la protection de l’environnent,
- Soutenir l’harmonisation et l’intégration régionales du contrôle du trafic aérien.

Par ailleurs, le Projet a élaboré une Feuille de Route pour la mise en place de l’Espace Aérien Euro-Méditerranéen Commun ainsi qu’une Evaluation d'Impact de cet Espace.

Une Extension en 2010 (jusqu’en janvier 2011) a été ajoutée pour progresser avec ces tâches. Un nouveau Projet, EuroMed Aviation II, prévu de démarrer en 2011, va prendre la relève et poursuivre ces efforts de mise en place de l’Espace Aérien Euro-Méditerranéen Commun.

Entrer
Agir ensemble pour un
Espace Aérien Euro-Méditérranéen Commun
 This project is funded by the European Union
Ce projet est financé par l'Union européenne